L’équipe de conception du programme Apprenance

Sylvain Joly, Inspecteur de l’Éducation nationale, chargé de mission académique au rectorat de l’Académie de Grenoble.

Sylvain Joly est à l’origine du programme de formation Apprenance. Cette conception  résulte d’une remise en question du pilotage pédagogique suite à des mesures d’efficacité des actions de formation au sein de sa circonscription. Parti du constat du manque d’efficience des modèles de formation « top-down » et du peu d’incidence des avancées de la recherche sur les pratiques professionnelles, Sylvain Joly a développé une gestion innovante de la formation. Son principal objectif : relever le défi de l’équité par le développement de la qualité des enseignements. Ce projet fut primé aux journées nationales de l’innovation.

Séverine Thiboud, professeure de collège et lycée, formatrice académique, chargée de mission académique au rectorat de l’Académie de Grenoble.

Séverine Thiboud est enseignante de Lettres et ancienne coordinatrice REP. C’est sous son impulsion que le dispositif de formation Apprenance a été mis en place dans le second degré. Dans son collège aujourd’hui en REP+, elle a vécu cette formation en tant qu’enseignante avant d’intégrer l’équipe de formateurs. Elle est à l’origine de la structuration et du développement du processus spécifique au second degré. Aujourd’hui, elle travaille particulièrement aux liens entre le monde scientifique et le monde enseignant au travers de sa mission de « Passeur » pour l’Institut Carnot de l’EducationDoctorante en Sciences de l’éducation, elle mène un travail de recherche portant sur le déploiement et l’évaluation du programme Apprenance. 

 

L’équipe de Recherche

Pascal Bressoux est professeur à l’Université Grenoble Alpes, chercheur au sein du Laboratoire de Recherche sur les Apprentissages en Contexte (LaRAC, ex. LSE), membre de l’Institut Universitaire de France.

Pascal Bressoux conduit des recherches concernant l’impact des facteurs de l’environnement scolaire sur les acquisitions des élèves. Ses travaux sur les effets-écoles et les effets-maîtres lui ont valu une reconnaissance internationale attestée par de nombreuses publications dans des revues internationales. Pascal Bressoux a été expert auprès de l’OCDE pour le cycle d’étude PISA, et actuellement pour les cycles d’études TALIS et 3S. Il siège au Conseil national d’évaluation du système scolaire (CNESCO).

Michel Janosz, Ph.D. à l’Université de Montréal – Directeur de l’École de Psychoéducation – Directeur du groupe de recherche sur les environnements scolaires (GRES) / Centre de recherche inter-universitaire sur la formation et la profession enseignante (CRIFPE) / Institut de recherche en santé publique de l’université de Montréal (IRSPUM)

Spécialiste en psychoéducation, Michel Janosz s’intéresse plus particulièrement à la prévention du décrochage scolaire ainsi qu’au déploiement à large échelle des meilleures pratiques en éducation. Au cours des dix dernières années, il a écrit ou coécrit une centaine de publications et rapports scientifiques et participé à plus d’une centaine de communications scientifiques et professionnelles, nationales et internationales. Le transfert de connaissance est également au cœur de ses activités. Il est ainsi, par exemple, le concepteur du Questionnaire sur l’environnement socioéducatif (QES) ainsi que de la Trousse d’évaluation pour décrocheurs potentiels (TEDP).

Pascal Pansu est professeur de psychologie sociale de l’éducation à l’Université de Grenoble Alpes où il dirige le Laboratoire de Recherche sur les Apprentissages en Contexte (LaRAC, ex. LSE).

Son intérêt pour le champ éducatif l’a conduit à développer des travaux sur le jugement des enseignants et ses effets sur les évaluations de soi des élèves et, plus largement, sur la manière dont les indices évaluatifs fournis dans le contexte d’enseignement (la classe) définissent la valeur sociale des élèves et par ce biais régulent, leur comportement, leur apprentissage et leur performance. Ses travaux visent à étudier l’impact des croyances individuelles et sociales, les effets de contexte et de la stigmatisation sur l’image de soi et les performances cognitives (académiques) des apprenants. Ils s’inscrivent dans une perspective sociocognitive impliquant l’individu (l’apprenant), l’objet (la tâche à réaliser, la performance cognitive) et les conditions sociales du rapport à cet objet (rôle des pairs, positions sociales, normes).

L’équipe de Formation

Marylise Darve – Professeure de collège et lycée – Isère

Alexandra Huynh – Professeure de collège et lycée – Haute-Savoie

Marc Paturel – Professeur de collège et lycée – Haute-Savoie